News

... 2012 ...

14.11.2012 - Le marché de l’emploi au Luxembourg

Il est important de garder à l’esprit que le Luxembourg, malgré la vitalité de son marché de l’emploi, ne sera pas forcément en mesure d’offrir une solution à chaque recherche d’emploi. Il faudra donc posséder une formation et/ou une expérience en adéquation avec les opportunités du marché de l’emploi. Il est à noter qu’à compétence égale, un employeur luxembourgeois pourrait privilégier une candidature géographiquement plus proche de la frontière, pour des raisons de ponctualité liées aux difficiles conditions de trajet.

Le droit du travail est plus flexible au Luxembourg : les procédures de licenciement sont plus souples et il n’y a pas d’équivalent du Conseil des prud’hommes.

Le luxembourgeois, le français et l’allemand sont les trois langues officielles au Grand-Duché de Luxembourg. Si le français a été choisi comme langue officielle de la législation luxembourgeoise , la langue allemande peut, tout comme le français et le luxembourgeois, également être utilisée dans les relations administratives et judiciaires. Si l’anglais n’est pas une langue officielle au Grand-Duché, il demeure très fortement plébiscité dans de nombreux secteurs de la vie professionnelle.

Source : http://www.frontalierslorraine.eu

11.10.2012 - Questions Compétences

De nombreux secteurs d’emploi sont de plus en plus exigeants au terme de compétences linguistiques. Les compétences linguistiques dans les régions frontalières n’étant plus suffisantes pour satisfaire les besoins des employeurs, les entreprises ont du élargir l’aire de recrutement à l’ensemble des territoires nationaux frontaliers, voire vers l’international. Dans tous les cas, connaître le luxembourgeois s’avérera un atout.

En fonction du métier et de l’entreprise où l’on postule, la maîtrise d’une seconde langue est indispensable, exception faite des métiers à faible qualification (manœuvres, opérateurs manutentionnaires).

Pour les métiers relatifs à la communication : vente, soins à la personne, animation … la connaissance du luxembourgeois devient incontournable. A défaut, il faut au moins démontrer à l’employeur la bonne volonté à l’apprentissage de cette langue. L’allemand et/ou l’anglais (et parfois le néerlandais) sont souvent exigés.

Dans le domaine financier et bancaire : la langue de travail dépend de la nationalité de l’entreprise, et la maîtrise de l’anglais, tant l’oral qu’à l’écrit, demeure quasi-systématiquement exigé.

La recherche d’emploi au Luxembourg

Les quotidiens français et luxembourgeois proposent chaque semaine des pages réservées aux offres d’emploi dont beaucoup au Luxembourg : « le Républicain Lorrain » dans ses éditions des samedis et dimanches et le « Luxemburger Wort » dans son édition du samedi.

Quelques sites importants pour votre recherche d’emploi au Grand Duché.

Source : http://www.frontalierslorraine.eu

02.04.2012-Formation d'ambulancier au Centre militaire à DIEKIRCH.

Communiqué par l’état-major de l’armée / Datum: 02.04.2012

Un caporal de carrière et neuf soldats volontaires ont suivi la formation d'ambulancier dispensée par les instructeurs de l'Administration des Services de Secours au Centre militaire de DIEKIRCH. C'est la première fois que cette formation est dispensée exclusivement pour des membres de l'Armée luxembourgeoise. La formation initiale a duré 3 semaines (du 12 au 30 mars) et a été clôturée par un exercice final de simulation d'accident.

Suivez l’actualité sur : http://www.armee.lu/actualites

... 2011 ...

09.12.2011 - Participation de l'Armée luxembourgeoise dans le cadre de la mission ALTHEA en Bosnie-Herzégovine.  

Source: Communiqué par l'Etat-Major de l'Armée / Datum: 09.12.2011

Le jeudi, 08 décembre 2011, un sous-officier de l'Armée a pris la relève de l'Adjudant-Major Louis MARIUTTO au sein de la mission ALTHEA de l'Union européenne en Bosnie-Herzégovine.

Cette mission est la plus importante opération militaire entreprise par l'UE jusqu'à ce jour et déploie une force de quelques 1900 unités en remplacement de la SFOR (Stabilisation Force) de l'OTAN.

La mission ALTHEA s'effectue dans le cadre de l'accord général de paix (Paris / Dayton Peace Agreement). Elle soutient le processus de stabilisation dans la région et se fait sur base d'un mandat chapitre VI de la Charte de l'ONU.

Le quartier général de la force est installé à SARAJEVO.

La participation luxembourgeoise à ALTHEA consiste en un sous-officier faisant fonction d'adjudant de corps au sein de l'état-major de la force.

L'Adjudant-Major MARIUTTO a occupé cette fonction à partir du 31 juillet 2011.

Rappelons que l'Armée luxembourgeoise est actuellement également présente au Kosovo (KFOR), en Afghanistan (ISAF) et en République démocratique du Congo (EUSEC RD Congo).

30.11.2011 - Différents événements du domaine militaire à l ambassade de France Défendre les valeurs universelles Le général Gaston Reinig promu commandeur de la Légion d honneur

Lundi soir, les salons de la résidence de l'ambassadeur de France ont prêté leur cadre à plusieurs événements au caractère militaire. Ainsi, l'IDHEDN (Institut des hautes études de défense nationale), placé sous la tutelle du Premier ministre de la République française, a présenté les conclusions de son rapport pour le cycle d'études 2010/ 2011. Auparavant eut lieu la remise de deux distinctions.

Parmi les nombreuses personnalités qui ont assistées à la soirée nous avons remarqué du côté luxembourgeois e.a. Pierre Mores (maréchal de la Cour), Laurent Mosar (président de la Chambre des députés), Jean-Marie Halsdorf (ministre de la Défense et de la Grande Région), Georges Schroeder (président du Conseil d'État), Xavier Bettel (député-maire de la ville de Luxembourg), Lydie Polfer (députée) et Colette Flesch (présidente de la section luxembourgeoise de la Légion d’honneur).

Le général Gaston Reinig à l honneur: après avoir reçu le 25 juillet dernier à Paris les insignes il s'est vu remettre à Luxembourg par l'ambassadeur de France le diplôme de commandeur de la Légion d'honneur.

Suivez l’actualité sur : http://www.armee.lu/actualites

... 2010 ...

1ère journée européenne de rencontre sur la reconversion des militaires

Organisée par L2BW sous les auspices de l’Assemblée nationale française et introduite par M. TEISSIER, député et président de la commission de la Défense nationale et des forces armées, la première journée européenne de rencontre sur le thème de la reconversion des militaires s’est déroulée à Paris le 31 mars 2010.

Réunissant les responsables des ressources humaines des ministères de la défense de 12 pays européens et de nombreux spécialistes de ce domaine provenant d’administrations publiques ou d’entreprises privées, ce colloque a permis de faire un constat détaillé des problématiques nationales et des solutions adoptées par chaque pays. Puis les échanges ont porté sur la dimension européenne de ce problème et sur la recherche de solutions en commun, avec le soutien de la Commission européenne qui était représentée. (Lire le compte-rendu des tables rondes)

La journée a été conclue par M. PIOTRE, représentant le Ministre de la Défense français, M. Hervé MORIN, excusé. Il a retenu quelques pistes de travail parmi toutes celles envisagées et proposé que quelques pays volontaires se réunissent pour les étudier plus en détail, avec l’aide de la Commission européenne

Présentations des interventions étrangères

 

Synthèses des débats

 

Discours de conclusion de M. PIOTRE / (PDF – 92.9 ko)

Discours de conclusion du SGA au colloque sur la reconversion des militaires du 31 mars 2010

Exposé de la commission de l’ UE / (PDF – 37.4 ko)

La présentation de la Commission européenne

UK Briefing Notes / (PDF – 415.3 ko)

Les éléments de langage britanniques

Discours d’ouverture du Président Teissier / (PDF – 59.9 ko)

Discours d’ouverture du Président Teissier colloque du 31 mars

Compte-rendu des tables rondes / (PDF – 438.2 ko)

La liste de participation / (PDF – 108.4 ko)

Retour